Mis à jour le 15/01/21

Novembre 2020 – Octobre 2023

Réunion, Comores, Madagascar, Maurice, Seychelles

Contexte

Dans le Sud-Ouest de l’océan Indien, les financements FEDER et FED permettent aux États membres de la Commission de l’océan Indien (COI) de financer des projets dans des domaines variés (pêche, biodiversité, agronomie, santé, éducation, énergie, risques naturels...). Par le passé, ces projets n’ont généralement pas été conçus ou coordonnés pour pérenniser les données et les informations qu’ils ont permis d’accumuler. Ainsi, le patrimoine de données qui en résulte, et qui constitue le principal héritage de cet investissement économique conséquent, est en péril. Beaucoup de données sont dispersées, restent difficiles d’accès et n’ont pas été valorisées une fois les projets terminés. Mieux géré et rendu accessible au grand public comme aux acteurs du développement et de la recherche, ce patrimoine peut permettre d’améliorer la gestion durable des ressources régionales et de soutenir le développement de nouveaux projets. En particulier, la bonne gestion des données permet de définir des états de référence et d’étudier les changements dans de nombreux domaines (par exemple l’exploitation des ressources régionales, l’état de santé des récifs coralliens, etc.) mais elle permet également de répondre à de nouvelles questions et de créer de la valeur ajoutée en combinant différents types de données jusqu’ici gérées séparément.

 

Objectifs

Le projet Grand Observatoire de l’Océan Indien a pour objectif principal de valoriser les données de la recherche de la région en réunissant un réseau de partenaires qui gèrent des données de référence dans les pays de la COI (Réunion, Comores, Madagascar, Maurice, Seychelles). Les partenaires du projet vont créer et alimenter une infrastructure de données régionale qui permettra aux utilisateurs finaux (scientifiques, gestionnaires, grand public) d’exploiter facilement le patrimoine de données régional par le biais de services web mis à disposition sur un portail de données dédié à l’infrastructure. Les solutions techniques retenues, appuyées par une série de réunions avec les partenaires, permettront de renforcer les infrastructures de données nationales déjà en place et d’échanger plus facilement l’information (interopérabilité) avec des initiatives similaires dans d’autres régions de l’océan Indien et au niveau global.

 

Partenaires

Coordination scientifique : Julien BARDE

 

Financement

FEDER Réunion 2014-2020 / INTERREG Océan-Indien 2014-2020 : Région Réunion et Union Européenne

 

 

Actualités