Mis à jour le 22/04/22

Juin 2021 – juin 2022

France, La Réunion

Logo MATER-Covid19

© IRD - Clémence Schantz

Contexte

La médicalisation de la santé maternelle a conduit à une baisse significative des complications pendant la grossesse et l’accouchement et de la mortalité maternelle et infantile. Néanmoins, avec la mise en place progressive de lieux et de pratiques standardisés mobilisant des objets techniques, chirurgicaux et médicamenteux, cette médicalisation s’est accompagnée parfois d’une « hypertechnicisation » de la naissance, laissant peu de pouvoir de décision et d’autonomie aux femmes lors de l’accouchement.?Ehrenreich B, English D. Fragiles ou contagieuses. Le pouvoir medical et le corps des femmes. Paris: Editions Cambourakis; 2016. 160 p. Jacques B. Sociologie de l’accouchement. Paris: Press universitaire de France; 2007.

Dans ce contexte de forte médicalisation de l’accouchement et de quasi-absence de solution alternative, le concept de « violences obstétricales » a émergé sur la scène publique et politique. Les institutions nationales et internationales reconnaissent unanimement que la médicalisation de l’accouchement constitue une avancée majeure pour la santé des femmes et des enfants, mais qu’elle peut également conduire à des actes et comportements qui ne respectent pas l’intégrité physique, mentale et sociale des femmes, voire à des pratiques non-justifiées sur un plan médical.?Bohren MA, Vogel JP, Hunter EC, Lutsiv O, Makh SK, Souza JP, et al. The Mistreatment of Women during Childbirth in Health Facilities Globally: A Mixed-Methods Systematic Review. PLOS Medicine. 2015;12(6):e1001847.

Des scientifiques se sont interrogés sur la dimension structurelle des violences obstétricales? Sadler M, Santos MJ, Ruiz-Berdún D, Rojas GL, Skoko E, Gillen P, et al. Moving beyond disrespect and abuse: addressing the structural dimensions of obstetric violence. Reproductive health matters. 2016;24(47):47-55  et suggèrent qu’elles traduisent un manque de moyens matériels et humains au sein du système de soin ?Bohren MA, Vogel JP, Hunter EC, Lutsiv O, Makh SK, Souza JP, et al. The Mistreatment of Women during Childbirth in Health Facilities Globally: A Mixed-Methods Systematic Review. PLOS Medicine. 2015;12(6):e1001847.  et seraient l’effet des politiques publiques en matière de santé ; mais elles seraient également liées aux normes sociales (intériorisées et reproduites), et notamment des normes sociales liées au sexe, à la classe et à l’origine.

L’ensemble des crises économiques, sociales et sanitaires accentue les inégalités et impacte particulièrement les femmes. Ainsi, la pandémie de Covid-19 a fait émerger à nouveau les polémiques sur les violences obstétricales avec la dénonciation de deux pratiques observées pendant l’accouchement dans certains établissements : l’imposition du port du masque et le refus de permettre aux patientes d’être accompagnées.

Objectifs

L’objectif du projet MATER-Covid19 est d’explorer et d’analyser les conditions et expériences de l’accouchement en France pendant la pandémie de Covid-19, et plus précisément : la réorganisation des maternités en termes de soins et de personnels, l’adaptation des pratiques et la résilience des professionnels de santé, en particulier les sages-femmes qui réalisent la majorité des accouchements en France, et les expériences et les résiliences des femmes qui ont accouché.

Le terme de « violences obstétricales » est utilisé comme outil conceptuel pour analyser les conditions et expériences de l’accouchement depuis une perspective de genre intersectionnelle. Une attention particulière sera portée sur les femmes considérées dans la littérature comme particulièrement exposées aux violences obstétricales (femmes jeunes, d’origine étrangère, de classes défavorisées, en surpoids, etc.).

Le projet MATER-Covid19 constituera une aide à la décision concernant l’organisation des maternités en mettant en lumière les dynamiques sociales qui accompagnent les mesures de contrôle de l’épidémie en France.

card discover

© IRD - Clémence Schantz

Centre Hospitalier de l'Ouest Réunionnais (CHOR)

Partenaires

Interdisciplinaire et intersectorielle, cette équipe permettra de combiner des approches sociologiques, épidémiologiques et médicales, et croisera des regards de chercheures, praticiennes, praticiens, actrices et acteurs de la société civile organisée.

 

Coordination scientifique: Clémence Schantz (IRD UMR196 – CEPED: Centre Population et Développement) et Virginie Rozée (INED : Institut National d’Etudes Démographiques).

La Réunion

Dolorès Pourette (IRD UMR196 – CEPED).

 

Financement

Agence Nationale de la Recherche (ANR): Appel à propositions Résilience Covid-19.

Invitation restitution MATER-Covid19

© MATER-Covid19

 

Assistez à la présentation de cette enquête unique et de ses conclusions le 12 mai à partir de 11h00 au P.T.U / Parc Technologique Universitaire à Saint-Denis, la Réunion.