Mis à jour le 25/05/22

Laboratoire de recherche international (IRL)

Juin 2019 – juin 2024

Afrique du Sud

© CNRS

Contexte

Cet International Research Laboratory (IRL) découle de trois années de collaborations très actives entre le CNRS et l’Université Nelson Mandela (plus particulièrement la Sustainability Research Unit), axées sur le fonctionnement de l’interface entre les aires protégées et les paysages voisins, l’écologie de la faune sauvage et la coexistence homme-faune prenant en compte les transformations anthropogéniques, l’utilisation de la biodiversité comme moyen de subsistance face au changement climatique et l’adaptation face aux risques environnementaux.

Logo.

© IRL REHABS

Poussée par sa population, son urbanisation, sa consommation, les investissements et la demande mondiale en ressources, l'Afrique devrait être le continent avec le développement le plus rapide dans les 30 prochaines années. Le développement des infrastructures associées dans le contexte du changement climatique aura un impact sur les écosystèmes africains.

Les 17 objectifs mondiaux de développement durable représentés en cercles concentriques.

© Folke et al. 2016

Cependant, la durabilité de la biosphère apparaît souvent comme secondaire dans le discours sur les changements globaux qui se concentrent sur des questions fondamentales pour l’humanité telles que la démocratie, la santé, la pauvreté, les inégalités, le pouvoir, la justice, les droits de l’homme, la sécurité et la paix.

La vision de l’IRL REHABS est que tous les objectifs de développement durable sont interconnectés dans des cercles concentriques (comme décrit par Folke et al. 2016), et que l’Afrique fournit des opportunités uniques d’affiner les principes de l’écologie de la réconciliation (lorsque des animaux sauvages sont présents où les humains vivent et travaillent, par exemple) et d’explorer des solutions basées sur la nature pour la fourniture de services écosystémiques et le bien-être humain.

 

Objectifs

Inspiré par les défis clés de la durabilité de la biosphère et de la gouvernance environnementale dans l'Anthropocène, et s'inspirant des projets financés et des réseaux de collaboration existants, l'IRL REHABS structure ses recherches autour de quatre thèmes complémentaires :

  • L’homme en tant qu’espèce hyper clé-de-voute : comprendre comment les réponses de la biodiversité et des écosystèmes aux pratiques humaines constituent une force dominante dans le fonctionnement de la biosphère de l’Anthropocène et comment la pression anthropique agit comme une force sélective pour les espèces sauvages.
  • Contribution de la nature aux humains et à l’humanité: réconcilier les points de vue sur le développement, l’innovation, le risque et le bien-être avec les fondements d’une biosphère durable et saine et à la lumière du pluralisme culturel.
  • Gouvernance environnementale et co-viabilité dans les paysages multifonctionnels : évaluer les conditions d'une gestion active de paysages multifonctionnels, ruraux, marins et urbains, dans le nouveau contexte de l'Anthropocène.
  • Méthodes et approches pour les études socio-écologiques à long terme et pour une recherche engagée : développement de cadres d’analyse, co-conception de protocoles, adaptation des outils d’analyses à de multiples sources de données et d’information, co-apprentissage, partage de savoir et engagement.

L'objectif principal de l'IRL sera de promouvoir les études interdisciplinaires à l’interface entre conservation durable et gestion des écosystèmes et de préparer les futures générations de spécialistes des systèmes aux défis posés par les objectifs de développement durable dans le contexte anthropocène.

Bien que la complexité de la dynamique des socio-écosystèmes nécessite des études à plusieurs échelles, les paysages seront le cœur de ses activités de recherche à long terme sur les interdépendances entre les composants biophysiques et sociaux des socio-écosystèmes et de la résolution des problèmes de soutenabilité fondés sur une biosphère saine et durable.

Situé en Afrique du Sud, un pays leader académiquement et économiquement fort sur le continent, l'IRL veut être une plaque tournante de recherche innovante sur les socio-écosystèmes et la durabilité de la biosphère pour le monde dans lequel nous vivons.

card discover

© H. Harrington

Le laboratoire étudie la coexistence homme-faune.

Les projets de recherche de l'IRL REHABS

  • [Projet] HUM-ANI - Contacts entre humains et animaux et risque infectieux

    Le projet HUM-ANI est coordonné par Eve Miguel (IRD) et financé par la Fondation BNP Paribas sur la période 2021-2025. L'objectif est de comprendre les différentes facettes de la transmission des maladies autour des zones protégées et l’influence des facteurs anthropiques (notamment des changements climatiques) sur l’évolution future de la transmission et ses conséquences en santé humaine, animale et en conservation.

    Les porteurs de deux des quatre axes du projet HUM-ANI sont Hervé Fritz (Directeur de l’IRL REHABS) et Frank Prugnolle (Chercheur en pathologie à l'IRL REHABS) qui travaillent en collaboration étroite avec Chloé Guerbois (Université Nelson Mandela), différents collaborateurs d’Afrique du Sud et du Zimbabwe et le soutien de la Zone Atelier Hwange.

  • [Projet] FUTURE-PRED - Influence des conditions environnementales sur le comportement alimentaire des grands carnivores

    Le projet FUTURE-PRED est piloté par Marion Valeix (CNRS) et financé par l'Agence Nationale de Recherche sur la période décembre 2018 - décembre 2022. L'objectif du projet FUTURE-PRED est de fournir l'une des premières études empiriques permettant de mesurer l’impact des conditions environnementales sur le succès de chasse des grands carnivores africains.

    L'IRL REHABS collabore avec FUTURE-PRED sur l'écologie des hyènes dans la réserve de Madikwe, et co-dirige également deux étudiantes sud-africaines sur le projet.

  • [Projet] GEDI - Réponses génétiques adaptatives au changement de régime alimentaire dans un écosystème urbain: le cas du Babouin chacma

    Le projet GEDI est coordonné par Virginie Rougeron (CNRS), financé sur des fonds récurrents CNRS et des crédits d'autres projets de la chercheuse, et a débuté depuis février 2022. L'étude se penche sur le fondement génétique de l'adaptation alimentaire qui permet aux animaux sauvages de devenir des espèces épanouies dans un environnement urbain. Pour ce faire, le projet va prélever dans 18 parcs sud-africains 400 échantillons de selles de Babouins chacma, une espèce de primate qui s'est extrêmement bien adaptée au contexte urbain en Afrique du Sud. Après avoir défini la composition du régime alimentaire des individus sauvages versus urbains, des génomes complets de Babouins chacma seront séquencés afin d'étudier la population génétique et d'explorer ses caractéristiques génomiques spécifiques. Enfin, le projet évaluera l'impact d'un tel régime alimentaire urbain sur la santé des Babouins chacma. 

    Pour mener ce projet, Virginie Rougeron est basée à l'IRL REHABS et collabore avec plusieurs collègues de REHABS, dont Franck Prugnolle, Chloé Guerbois et Hervé Fritz. 

  • [Projet] ProSuLi – Pour une gestion durable des zones de conservation transfrontalières

    Le projet ProSuLi est coordonné par Alexandre Caron (Cirad), et financé par une bourse de l'Union européenne pour la période 2018-2022. L'objectif principal du projet est de soutenir la gestion durable à long terme des zones de conservation transfrontalières (TFCA) en Afrique Australe grâce à un processus participatif multipartite. Le projet se développe dans 4 sites au Botswana, Mozambique et Zimbabwbe.

    Le SRU et l'IRL REHABS sont tous les deux directement impliqués sur un des 4 sites du projet dans la Zone Atelier Hwange où ils coordonnent les activités avec la NUST (National University of Science and Technology), Bulawayo, Zimbabwe.

  • [Projet] WISHES – Comment estimer et détecter les pathogènes chez les hôtes sauvages?

    Le projet WISHES était coordonné par Eve Miguel (IRD) et financé par le LabEx CeMEB (Centre Méditerranéen de l’Environnement et de la Biodiversité) pour la période 2019-2020. Le projet est désormais fini. Son objectif principal était de développer une méthode pour étudier la dynamique d'un pathogène multi-hôtes in situ (dans ce contexte, la fièvre aphteuse dans le parc national de Hwange, Zimbabwe), en utilisant la collecte de salive non invasive et la PCR de poche.

    L'IRL REHABS était liée au projet WISHES à travers la collaboration dans la supervision d'un étudiant zimbabwéen sur le projet mais également parce que de nombreuse recherches de l'IRL ont eu lieu dans la Zone Atelier Hwange, dont le directeur est Hervé Fritz, directeur également de l'IRL REHABS.

  • [Projet] CASEST - Contraintes anthropogéniques des systèmes éco-sociaux en savane tropicale

    Le projet CASEST était coordonné par Pierre-Cyril Renaud (CNRS) et financé par la région Pays de la Loire pour la période 2018-2020. Le projet est désormais fini. Son objet principal était les aires d'interface, zones tampons mal définies entre les aires protégées et les aires d'activité humaine. L'objectif principal du projet était d'étudier les interfaces nature-société et particulièrement vie sauvage-pratiques agricoles autour des aires protégées. Le projet a monté un réseau international encore actif aujourd'hui entre le Brésil, l'Afrique du Sud, le Zimbabwe et la France. 

    L'IRL REHABS a fortement participé au troisième cas d'étude de ce projet qui se concentrait sur les municipalités de George, Kou-Kamma, Knysna, Bitou situées le long de la Garden Route en Afrique du Sud. En Mai/Juin 2022, une équipe d'étudiants de l'ISTOM ira faire une étude dans la Zone Atelier Hwange dans le cadre de la thématique CASEST.

    Plus d'informations sur le site du projet.

  • [Projet] AfroBioDrivers - Dynamique de la biodiversité africaine: interactions entre processus écologiques et actions de conservation

    Le projet AfroBioDrivers était coordonné par Pierre-Cyril Renaud (CNRS) et financé par la Fondation pour la Recherche sur la Biodiversité (FRB) en partenariat avec la Région Sud Provence - Alpes - Côte d'Azur pour la période 2016-2021. Le projet est désormais fini. Son objectif était de comprendre, à une échelle macro-écologique, les grands déterminants sociétaux et écologiques de l'érosion de la biodiversité chez les grands mammifères terrestres africains. Dans AfroBioDrivers, quatorze scientifique ont été conviés afin de construire et d'analyser une base de données synthétiques de la tendance des grands mammifères terrestres sur le continent africain. Ce réseau continuer d'exister et d'être animé par différents financements. 

    Actuellement, une stagiaire de deuxième année de master mène des recherches à l'IRL REHABS sous financement FRB.

    Lire aussi l'article dans The Conversation.

Partenaires

Direction du laboratoire : Dr Hervé Fritz (CNRS)

Unités de recherche fondatrices :

Institutions associées principales :

 

Financement

Cet International Research Laboratory est financé par le CNRS-INEE, l’Université Lyon 1 et l’Université Nelson Mandela.

 

 

Pour en savoir plus sur les International Research Labs et les autres outils de collaboration internationale :