Résistome des entérobactéries à La Réunion : Approche one health pour identifier l’émergence, la circulation et la persistance de la résistance bactérienne aux antibiotiques en milieux hospitalier et environnemental.

Novembre 2019 – Octobre 2021

Contexte

Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, les antibiotiques ont été à l’origine d’une grande révolution sanitaire permettant de traiter de nombreuses infections bactériennes tant chez l’Homme que l’animal. Mais depuis la fin des années 1970, le mésusage de ces molécules a engendré un phénomène d’adaptation des bactéries devenant résistantes à ces antibiotiques. La diffusion de ces bactéries multi-résistantes et hautement résistantes, associée au faible nombre de nouvelles molécules disponibles sur le marché pose aujourd’hui un problème majeur de Santé Publique.

Les particularités biogéographique et sanitaire des îles de la région occidentale de l'Océan Indien représentent à la fois un défi pour la mise en place de politiques de santé et un contexte favorable à l'étude des émergences et diffusion comme celle des bactéries résistantes. Du fait de leur isolement géographique et de leur taille généralement très limitée, les diversités biologique et environnementale que l'on rencontre sur la plupart des îles de la région, excepté Madagascar, sont relativement réduites par comparaison à celles des continents. Les émergences épidémiques qui arrivent à s’y dérouler peuvent avoir des diffusions singulières et explosives. A La Réunion, les souches des bactéries sont dépistées et surveillées dans le milieu hospitalier, mais aucune donnée n’existe sur la diffusion de ces bactéries dans le milieu communautaire et environnemental. De plus, les données sur le phénomène d’antibiorésistance sont quasi inexistantes dans les îles avoisinantes qui entretiennent des échanges commerciaux et des mouvements de populations importants avec La Réunion.

Pour mieux appréhender l’émergence et la dynamique de diffusion de ces bactéries multi-/hautement-résistantes, il est ainsi nécessaire de mener une approche « One Health » prenant en compte les différents biotopes potentiellement source et/ou réservoirs de ces bactéries, incluant notamment l’Homme et son environnement.

 

Objectifs

Il s'agit de développer une recherche sur les résistomes des entérobactéries à La Réunion par une approche One Health permettant d'identifier l'émergence, la circulation et la persistance des souches résistantes en milieux hospitalier et environnemental.

Le projet ouvre pour la première fois un partenariat local sur l'antibiorésistance qui est un domaine émergent peu exploré à La Réunion. Il permettra de consolider les collaborations déjà existantes dans la recherche hospitalo-universitaire avec les services de santé du territoire ainsi qu'avec les collaborateurs en France métropolitaine.

Sur le plan scientifique, l'approche One Health pluridisciplinaire permettra de décrire des liens possibles entre les sphères hospitalière et environnementale dans la transmission et la persistance des bactéries antibiorésistantes de la famille des EPC. Le volet de génomique comparative permettra l'identification de taxons bactériens et des résistomes impliqués.

Les données empiriques recueillies aideront à la prévention de l'émergence et la diffusion de l'antibiorésistance, au contrôle des sources de contamination. Les résultats permettront enfin l'actualisation des messages délivrés par Santé Publique France et l’ARS océan Indien à destination des décideurs en santé publique, des médecins et du grand public.

 

Partenaires

Coordination scientifique : Patrick Mavingui, UMR PIMIT

 

Financement

FEDER 2014-2020 : Région Réunion et Union Européenne