Mis à jour le 19/08/20

Janvier 2018 - décembre 2021

Afrique du Sud

© CNRS

Un nouveau modèle, naturel, longévive, le termite pour étudier le rôle de l’alimentation sur le vieillissement.

Au sein de l’équipe « Les espèces sociales dans leurs environnements : adaptation et évolution » (ESEAE) du laboratoire iEES-Paris, les chercheurs étudient les mécanismes moléculaires du vieillissement grâce à un nouveau modèle, naturel, les reines de termite du genre Macrotermes. Elles vivent au moins jusqu’à l’âge de 30 ans et sont, durant toute leur vie, extrêmement fertiles (40 000 oeufs/jour).

Par une approche de biologie intégrative, ils étudient l'impact de la reprogrammation métabolique (en réponse à l’alimentation) sur le taux de reproduction pendant le développement de ces reines.

Thumbnail

Ils compareront les données à celles des ouvriers femelles infertiles, qui possèdent à la naissance le même génome mais ne vivent que quelques mois, et celles des reines d’une autre espèce à vie très courte.

La comparaison des résultats avec d'autres organismes modèles aidera à comprendre quels composants moléculaires sont universellement conservés ou modifiés pour conduire à des voies de signalisation impliquées dans des effets de longévité accrue. Un modèle mathématique sera développé en utilisant les données expérimentales.

Partenaires

 

Financement

Human Science Frontier Program (HSFP) - Defying the reproduction-maintenance trade-off: Role of diet in long-lived termite reproductives 

card discover

© Pierre de Parscau / CNRS Photothèque

Arrivée et installation d'une jeune termitière par l'équipe franco-sud-africaine, à l'Université de Pretoria.