Relitrans, transnationalisation religieuse des Suds : entre ethnicisation et universalisation Relitrans, transnationalisation religieuse des Suds : entre ethnicisation et universalisation
 
  Accueil L’équipe Le projet Actualités Liste des ouvrages de références Partenaires Photographies & Base de données  
Accueil > Contextes et champs religieux nationaux > Brésil
Brésil
 

Auteur : Ari Pedro Oro

Le catholicisme a été la religion officielle du Brésil dès le début de la colonisation portugaise en 1500 et l’est resté jusqu´à la proclamation de la République en 1889. Le pays a connu par la suite une plus grande diversité religieuse, suivie d´un déclin continu du catholicisme : de moins en moins de personnes affirment leur identité religieuse en la rattachant au catholicisme, même si ce dernier demeure la religion majoritaire du pays.
Malgré les problèmes que posent les données statistiques dans le domaine religieux (difficulté à saisir les syncrétismes, double appartenance religieuse, religiosités du self ou new-age, etc.), on peut noter des changements importants dans le champ religieux brésilien en comparant les données des deux derniers recensements officiels effectués dans le pays, en 1991 et en 2000, par l´IBGE (Institut Brésilien de Géographie et Statistique).
Il en ressort surtout la chute du catholicisme (82,9% de la population en 1991 contre 73,8% en 2000), alors que l’on constate l’inverse pour le protestantisme (avec une augmentation de 80% des Églises évangéliques). Il s´agit essentiellement d´une augmentation des personnes qui se sont engagées dans des Églises de la mouvance pentecôtiste. En effet, le pentecôtisme atteint 70% du champ évangélique au Brésil.

On note qu’en l’an 2000, les catholiques étaient environ 125 millions de personnes ; les évangéliques 27 millions, les sans-religions 12 millions, ceux attachés aux autres religions 2 millions, les spirites 2 millions également et ceux attachés aux religions afro-brésiliennes atteignaient un peu plus de 500 000 personnes. Certains tendances peuvent être relevés à partir de l’analyse de ces recensements. Tout d´abord une réduction de 22,7 % des personnes qui affirment leur participation aux religions afro-brésiliennes (candomblé, umbanda, …). Cela n’indique pas nécessairement une réelle diminution des pratiquants de ces religions, qui traditionnellement se rangent sous d’autres dénominations religieuses, telles que le catholicisme ou le spiritisme qui est considéré comme une catégorie incluant toute pratique religieuse mettant en scène le contact avec des entités spirituelles (esprits ou divinités). Ainsi, le nombre de personnes se disant attachées au spiritisme (kardéciste) est passé de 1,1% à 1,3%.

Deuxièmement, on constate une augmentation considérable de personnes affirmant leur participation à des religions autres, hors du champ des religions dites « traditionnelles » au Brésil. Ce sont des religions d´origine orientale, des mouvements ou des pratiques religieuses attachées aux « nouveaux mouvements religieux ». Ce genre de religions n´attirent que 0,06% de la population en 1991 contre 1,2% en 2000. Enfin, les « sans-religions » ont eux aussi augmenté : de 4,7% en 1991 à 7,3% en 2000. Parmi les questions soulevées par les données présentées et qui provoquent des controverses parmi les chercheurs au Brésil se trouvent celles du pluralisme religieux et de la protestantisation de la société. En effet, tandis que pour les uns il est exagéré de dire qu´il y a un pluralisme religieux dans un pays où environ 90% des citoyens se rangent dans le champ chrétien, d’autres soutiennent que l’hégémonie catholique est désormais dévolue et que nous sommes bien dans une société pluri-confessionnelle.

Bibliographie

HOORNAERT, Eduardo (org). História da Igreja no Brasil. Petrópolis, Vozes, São Paulo, Paulinas, 1992.

LUSTOSA, Oscar de Figueiredo (Org). A Igreja Católica no Brasil e o Regime Republicano, São Paulo, Ed. Loyola, 1990.

MENDONÇA, Antonio Gouvêa. República e pluralidade religiosa no Brasil. Revista USP, São Paulo, N. 59, set/nov. 2003, p. 144-163.

PIERUCCI, Antonio Flavio ; PRANDI, Reginaldo. A realidade social das religiões no Brasil. São Paulo, Hucitec, 1996.

TEIXEIRA, Faustino ; MENEZES, Renata (Orgs.). As religiões no Brasil, continuidades e rupturas. Petrópolis, Ed. Vozes, 2006.

Sites

IBGE

FUNDACAO GETULIO VARGAS

INTITUTO DATA FOLHA

 
Rechercher
 
 

à lire aussi
 

Mexique
Cuba
Côte d’Ivoire
Gabon
Burkina Faso
Ghana
Congo-Brazzaville
Nigeria
Espagne
Portugal
États-Unis
Argentine
Uruguay
Colombie
Haïti

 
 
 

Accueil | L'équipe | Le projet | Actualité | Bibliographie | Partenaires | Photographies | Contacts
Plan du site | Mentions légales | Espace réservé | Administration | Suivre la vie du site RSS 2.0