Relitrans, transnationalisation religieuse des Suds : entre ethnicisation et universalisation Relitrans, transnationalisation religieuse des Suds : entre ethnicisation et universalisation
 
  Accueil L’équipe Le projet Actualités Liste des ouvrages de références Partenaires Photographies & Base de données  
Accueil > Contextes et champs religieux nationaux > Espagne
Espagne
 

Auteur : Caterina Pasqualino

En Espagne, la religion catholique exerce depuis des siècles un pouvoir considérable. Au XXe siècle, après avoir perdu pendant quelque temps une part de son influence, elle fut de nouveau reconnue officiellement comme religion d’état par Franco, ce qui conféra un rôle de premier plan à l’Opus Dei. En ce début du XXIe siècle, on assiste à une nouvelle phase d’affaiblissement, tant en termes politiques, qu’en termes d’adhésion populaire. En 2005, 76 % de la population se déclare de culture catholique , mais seulement 40% affirme « croire fermement » en l’existence de Dieu. Cette crise de la foi prend parfois des allures de débâcle, comme en témoigne ce slogan diffusé par voie d’affichage dans les églises : « N’aie pas peur de faire ce dont les autres ont peur : va à l’église ! » Les mariages civils ont doublé en 10 ans (44% des unions), augmentant d’autant les enfants nés hors mariage, tandis que le nombre de nouveau-nés baptisés diminue inexorablement (65% en 2001, 57 % en 2005). Signe de la laïcisation des mœurs, l’Etat espagnol a récemment autorisé le mariage homosexuel, l’adoption d’enfants par les couples de même sexe, ainsi qu’une réforme diminuant l’importance de l’enseignement religieux dans les écoles publiques.

Pour contrer ce mouvement de sécularisation, l’Eglise a envoyé des missionnaires sur le terrain pour tenter de susciter de nouvelles conversions. La cible privilégiée de cette reconquête sont les minorités défavorisées, parmi lesquelles les Gitans qui tendent à se détourner du catholicisme au profit de l’évangélisme. L’immigration d’Afrique et d’Asie, qui a connu ces derniers temps une forte hausse (on compte aujourd’hui plus d’un million de musulmans en majorité marocains), contribue également à cette mutation religieuse sans précédent.

L’arrivée massive, depuis une quinzaine d’années, d’immigrés sud-américains favorise l’implantation des religions afro-cubaines parmi lesquelles la santería, la Regla de Ifá, le spiritisme et le palo monte. Les sacrifices d’animaux sont perpétrés dans la plus grande discrétion pour éviter tout problème avec les autorités sanitaires interdisant la mise à mort d’animaux sans contrôles préalables. Les santeros et les babalaos exercent leurs activités religieuses auprès d’un public fait d’émigrants, mais aussi d’Espagnols de souche. Pour ces derniers, l’adhésion à ces nouvelles religions est facilitée par le syncrétisme entre les saints catholiques et les orichas de la santería. A Madrid, des boutiques spécialisées, qui se développent depuis une dizaine d’années, proposent au public non seulement des objets destinés au culte, mais aussi des prestations religieuses. Poussé par la simple curiosité, le désespoir ou la fascination envers une forme de spiritualité originale, le public de tradition catholique vient soit pour seulement consulter les santeros, soit pour se convertir.

Une des raisons de cet engouement s’explique par la possibilité d’échapper aux tabous qui pèsent sur le catholicisme. La grande tolérance des religions afro-cubaines, vis-à-vis des problèmes de sexualité par exemple, apparaît aux couples comme un atout, voire une libération. Une autre raison réside dans la nature de ces cultes qui rappellent les anciennes pratiques religieuses paysannes : les objets profanes tels que des œufs, de la ferraille, du bois, des cheveux… sont utilisés, les consultations permettent de prévoir l’avenir, le corps peut être purifié et l’on peut tenter d’exaucer un vœu en s’adressant aux divinités par le biais d’offrandes.

En adoptant ces nouveaux cultes, les Espagnols revendiquent une nouvelle manière de vivre leur religiosité : continuant souvent de participer aux rites de l’Eglise catholique, la plupart déclarent simplement se contenter d’acheter des prestations religieuses d’un nouveau type (seuls quelques-uns deviennent santero) et pratiquent un tourisme religieux les conduisant vers les lieux de cultes afro-cubains (Cuba ou Miami). Qu’il s’agisse de conversions définitives ou seulement temporaires, l’adhésion du public occidental aux religions afro-cubaines semble exprimer une volonté d’échapper au carcan institutionnel du catholicisme, tout en rendant le recours au sacré plus à même de résoudre les problèmes du quotidien.

Bibliographie

Brown, P., The Cult of the Saint, Chicago University Press,1982.

Canton Delgado, M., "Du soupçon à la mobilisation ethnique : pentecôtisme gitan et ethnogénèse en Andalousie", Anthropologica, n° 1, vol 49, 2007.

Casanova Julian, C., La Iglesia de Franco, Temas de hoy Ediciones, 2004.

Catedra, M., La muerte y otros mundos, Madrid, CIS-Siglo XXI, 1988.

Lison-Tolosana, C., Brujeria, Estructura Social y Simbolismo en Galicia, Akal, 1979.

Lopez Calleja S., Diffusion des cultes afro-cubains à Paris et à Valencia : Influence des processus cognitifs dans l’adhésion à une nouvelle religion, DEA en ethnologie, Université de Paris X- Nanterre, 2005.

Olatz Goiri, Elcoro, Cuba-Espana y el universo virtual. Modificaciones generadas en el binomio Ocha-Ifa por la expansion religiosa, Thèse, Université de la Havane, 2003.

Pasqualino C., « Politique, catholicisme et évangélisme. Les Gitans d’Estrémadure (Espagne) », Gradhiva, n° 32, 2002, pp. 37-52, 2002.

Pasqualino C., « Un Saint Gitan », Etudes Tsiganes, n° 20, 2004, pp. 64-74.

Sanchez-Carretero C., « Santos y Misterios as Channels of Communication in the Diaspora : Afro-Dominican Religious Practice Abroad », Journal of American Folklore, 118 (469), p. 308-326, 2005.

Suarez, L., Rebordering the mediterranean : Boundaries and Citizenship in Southern Europe, Berghahn Books, 2004.

 
Rechercher
 
 

à lire aussi
 

Mexique
Cuba
Brésil
Côte d’Ivoire
Gabon
Burkina Faso
Ghana
Congo-Brazzaville
Nigeria
Portugal
États-Unis
Argentine
Uruguay
Colombie
Haïti

 
 
 

Accueil | L'équipe | Le projet | Actualité | Bibliographie | Partenaires | Photographies | Contacts
Plan du site | Mentions légales | Espace réservé | Administration | Suivre la vie du site RSS 2.0