A l’occasion de la Journée Mondiale de l’Océan, le 8 juin, la Communauté du Pacifique (CPS) et l’IRD renouvellent leur accord de coopération pour les cinq prochaines années. Ce partenariat débouchera sur des activités concrètes et de la recherche appliquée pour aider les pays et territoires océaniens à relever les multiples défis de développement auxquels ils sont confrontés.

Les deux organisations scientifiques et techniques renforceront notamment leur coopération via un échange d’informations accru ainsi que des activités de recherche et de formation conjointes autour de thématiques-clés pour la région telles que l’océan et ses ressources, le changement climatique et les risques environnementaux, la gestion durable et la gouvernance des ressources naturelles, dont les systèmes alimentaires, et la santé publique.

« Cet accord illustre notre volonté conjointe de mettre la science au service du développement durable en Océanie sur des thématiques-clés pour les membres de la CPS, par exemple l’océan et ses ressources qui sont à l’honneur aujourd’hui et dont les états et territoires de la région sont les gardiens traditionnels », a déclaré Cameron Diver, le Directeur-Général adjoint de la CPS.

Cette signature intervient alors que la décennie des Nations Unies pour les sciences océaniques pour le développement durable vient d’être lancée. Celle-ci insiste sur la nécessité d’avoir un océan en bonne santé, indispensable à un avenir durable pour la planète et pour tous.

« Les territoires océaniens constituent un enjeu écologique, géographique, social mais aussi culturel pour les membres de la CPS. Ceux-ci peuvent s’appuyer sur l’excellence de la recherche portée par l’IRD, basée sur un modèle original de partenariat équitable. L’interdisciplinarité qui la caractérise et les relations science-sociétés qu’elle promeut, répondent aux exigences d’un développement durable et juste pour la préservation des écosystèmes. Cet accord renforce en outre les actions de formation et de valorisation pour mieux accompagner la prise de décision publique », ajoute Valérie Verdier, la Présidente-directrice générale de l’IRD.

 


Pour aller plus loin : communiqué de presse conjoint CPS-IRD