La Représentation de l’IRD au Cameroun (avec compétence au Gabon, République du Congo et République Démocratique du Congo) a organisé ce 23 août 2022 une fête à l’occasion du départ à la retraite de Jean-Marc Hougard, Représentant de l’Institut au Cameroun et de la fin d’affectation au Cameroun de Jean-Jacques Braun, directeur de recherche à l’IRD.

C’est pour immortaliser l’évènement que l’ensemble du personnel présent à Yaoundé s’est retrouvé dans les locaux de la Représentation en présence de partenaires français et camerounais afin de leur rendre hommage pour tous les services rendus à l’IRD et au pays.

Jean-Marc Hougard, Représentant de l’Institut au Cameroun

Directeur de recherche, entomologiste médical, Jean-Marc Hougard a mené des recherches sur la lutte biologique et le contrôle des vecteurs en Côte d'Ivoire et au Cameroun, avant d'être détaché au programme OMS de lutte contre l'onchocercose au Mali et au Burkina Faso, puis d'assurer la direction d’une unité de recherche sur la « Caractérisation et contrôle des populations de vecteurs » à Montpellier. Après une affectation au Bénin, où il a mis en place, avec des partenaires universitaires du Nord et du Sud, le master international d'Entomologie médicale et vétérinaire, il a été nommé représentant de l’IRD au Sénégal, avant d’être nommé au Siège  de l’IRD en tant que directeur de la mission générale de la géostratégie et du partenariat (M2GP). Il a ensuite pris les fonctions de représentant en Côte d’Ivoire, à la réouverture de la représentation en 2014, avant de rejoindre le Cameroun en 2020.

Jean-Jacques Braun, directeur de recherche à l’IRD

Jean-Jacques Braun, Directeur de recherche, a été Représentant délégué de l’IRD pour le Cameroun de 2017 à 2020. Géochimiste de formation, ses travaux sont structurés autour du laboratoire mixte international « dynamique des écosystèmes forestiers d’Afrique centrale en contexte de changements globaux » LMI DYCOFAC qu’il co-dirige avec le Professeur Bonaventure Sonké (Université de Yaoundé 1). Ce laboratoire interdisciplinaire est composé de scientifiques camerounais, gabonais, français, britanniques et belges. Il a été créé pour développer des recherches sur la thématique « zone critique et ressource en eau » en Afrique centrale. Le LMI a pour objectif principal l’étude des liens existant entre évolutions du climat et occupation des sols au travers de la dynamique du couvert végétal et des cycles biogéochimiques. A son actif également, la création de l’observatoire socio-environnemental de Douala dans le cadre du projet « Douala Villes Durable » avec la Communauté Urbaine de Douala et l’Université de Douala financé par l’Agence Française de Développement / Fond Français pour l’Environnement Mondial (AFD/FFEM).
Initiateur du projet de la création du centre en biogéosciences de l’environnement, Jean-Jacques Braun a mené de nombreux projets de développement financés par AFD et banque mondiale et de partenariat public privé, notamment avec EDF-Cameroun.
Jean-Jacques Braun est désormais affecté au Gabon, où il officiera comme chercheur à l’ANPN (Agence Nationale des Parcs Nationaux du Gabon) et au CENAREST (Centre national de la recherche scientifique et technologique).