Sommaire

Rencontre avec un chercheur du Samedi 16 Septembre à 10h à la Médiathèque de l'Institut Français de Madagascar. 

© IRD Madagascar

En dehors des aires marines protégées, notre planète ne compte pratiquement plus  d’espace aquatique ne faisant l’objet d’une activité de pêche, qu’elle soit récréative ou professionnelle, traditionnelle, artisanale ou industrielle. De la pêche, nous connaissons les captures commerciales, celles présentent sur les marchés, dans les criées, sur les étals des poissonniers, dans les rayons congelés des supermarchés et les boites de conserve. Moins connus sont les individus d'espèces rejetées, trop souvent morts, provenant de captures accidentelles qui ne termineront pas dans nos assiettes pour des raisons de conservation mais aussi de raisons commerciales. Elles représentent les invisibles des pêches. Pêches industrielles et pêches traditionnelles et artisanales représentent 50% chacune des débarquements mondiaux. Mais entre elles, les volumes des rejets sont bien plus importants pour les pêches industrielles. Qui sont ces rejets, quels enjeux représentent-ils, comment les connaitre et quelles solutions pour les réduire.?

 

Intervenants

RAZANAKOTO Thierry, Maître de Conférences d'Enseignement Supérieur - Thèmes de recherche: Economie, Réduction des Risques, Adaptation au Changement Climatique, Pêche traditionnelle et durabilité des océans

BACH Pascal, Chercheur en écologie des pêches à l'IRD - UMR MARBEC (Marine Biodiviersity Exploitation and Conservation) - Thème de recherche : Indicateurs d’exploitation des ressources marines, Mesures d’atténuation des impacts négatifs des pêches, Innovation dans les pêches, Co-gestion des exploitation des ressources côtières.

 

Retour en image...