Jeudi 22 février à 18h, à l’amphi 400 de l’UNC (Nouméa), Cinzia Alessi soutiendra sa thèse " Habiter dans un environnement extrême pour des coraux : Conséquences sur leurs traits physiologiques et reproductifs ".

Cette séance est ouverte à toutes et tous.

La soutenance sera réalisée en anglais.

© Ifremer - Hugues Lemonnier

Les récifs coralliens sont l'un des écosystèmes les plus complexes et les plus riches en biodiversité de la planète. Ils fournissent des biens et des services qui contribuent à la santé des écosystèmes adjacents mais aussi aux populations humaines qui en dépendent. Malheureusement, ils se détériorent en raison du changement climatique lié aux activités anthropiques.

Leur déclin à l'échelle mondiale suscite des inquiétudes et un intérêt accru pour les coraux associés à des environnements considérés comme stressants. L’étude de ces écosystèmes considérés par la littérature comme des laboratoires naturels extrêmes et marginaux pourrait permettre de mieux comprendre comment le corail peut s’acclimater et ou s’adapter aux conditions futures prévues par le GIEC. Alors que les connaissances dans ce domaine ne sont pas clairement établies, ces environnements permettent en effet d’étudier la réponse physiologique de ces organismes et leurs capacités d'acclimatation.

Ce projet de doctorat vise à répondre à la question suivante : Quelles sont les principales conséquences d’un environnement à la fois plus acide, désoxygéné et plus chaud sur les traits physiologiques et reproductifs des coraux ?

Pour répondre à cette question, le site de Bouraké situé en bordure de la zone côtière ouest de la Nouvelle-Calédonie a été choisi comme lieu d’étude.

 

Pour mener à bien ce travail :

  1. Une expérience de transplantation a été mise en place sur ce site. L’objectif était d’analyser la capacité d'acclimatation corallienne a court-terme de deux espèces de coraux branchus, Acropora tenuis et Montipora stellata, issus de plusieurs sites lagonaires et donc de conditions environnementales différentes. Les résultats de cette première expérience montrent que seule M. stellata est en mesure de survivre à court terme et que son histoire environnementale est un facteur important d’acclimatation. 
  2. Un premier suivi sur le site de Bouraké a permis de suivre l’effet d’un stress aigu sur le blanchissement d'Acropora muricata et d’élucider les mécanismes de résistance de cette espèce normalement adaptée aux conditions stressantes du site. Ce travail a montré la présence d’un communauté algale symbiotique spécifique associé à la résistance au blanchissement. Ce travail a également montré une perte de biodiversité dans les communautés d'algues symbiotiques d'A. muricata à Bouraké.
  3. Un second suivi des coraux sur plusieurs sites incluant celui de Bouraké a permis de suivre l’évolution de leur biomasse mais aussi la composition en lipides, glucides et protéines de leurs tissus à une échelle annuelle. Les résultats montrent que ces molécules sont principalement catabolisées suite à la phase de reproduction, suggérant qu’il s’agit là d’une période de stress pour ces organismes. 
  4. Un troisième suivi cette fois centré sur le période de reproduction sur plusieurs sites incluant celui de Bouraké ne montre pas d’effet significatif des conditions environnementales sur la phénologie des coraux à Bouraké. Aucun effet n'a été détecté sur la fenêtre de ponte mensuelle et sur les mesures de fécondité ni à l’échelle de la colonie ni à celle du polype. L’analyse de la taille des œufs chez A. tenuis et M. digitata a en revanche montré qu’ils étaient plus petits à Bouraké comparativement aux autres sites naturels situés dans le lagon.
  5. Une étude de trois ans conduite sur la phase de recrutement du corail sur le site de Bouraké suggère la présence d’un goulot d’étranglement durant cette période du cycle de vie. Toutefois, les causes de ce phénomène restent à ce stade de nos connaissances inconnues. 

Les résultats de cette thèse améliorent notre compréhension des réponses des coraux aux effets combinés des perturbations environnementales, ce qui est pertinent compte tenu de la crise corallienne actuelle due au changement climatique. En outre, certains résultats pourraient aider à envisager des stratégies et des plans d'atténuation basées sur l'évolution assistée ou sur des actions de conservation.

Composition du jury de thèse

  • Dr. Christine FERRIER-PAGÈS, Directeur de Recherche - Équipe Écophysiologie / Écologie au Centre Scientifique de Monaco — Rapporteuse
  • Pr. Sylvain AGOSTINI, Professeur assistant au Centre de Recherche Marine de Shimoda à l'Université de Tsukuba — Rapporteur
  • Dr. Emma F. CAMP, Chef d'équipe sur le futur des récifs dans le cadre du changement climatique à l'Université de Technologie de Syndney — Examinatrice
  • Pr. Tom SHLESINGER, Senior Professeur assistant à l'école de Zoologie du Muséum d'Histoire Naturelle de Steinhardt à l'Université de Tel Aviv — Examinateur
  • Pr. Yves LETOURNEUR, Professeur à l'Université de la Nouvelle-Calédonie (UNC) — Examinateur

Co-directeurs :

  • Dr. Riccardo RODOLFO-METALPA, chercheur à l'IRD (Nouméa)
  • Dr. Hugues LEMONNIER, chercheur à l'Ifremer (Nouméa)
  • Pr. Claude PAYRI, Directrice de Recherche à l'IRD (Nouméa)

 

Partenariat et financement

Cette thèse a été soutenue financièrement par le Labex CORAIL et l'Ifremer.