Jeudi 14 décembre à 18h, à l’amphi 400 de l’UNC (Nouméa), A-Tena Pidjo soutiendra sa thèse "Se soigner en milieu kanak aujourd’hui : pratiques et représentations témoins de l’évolution du lien à la santé chez les Mwalebeng (Pouébo, Nouvelle-Calédonie)".

Cette séance est ouverte à toutes et tous.

La soutenance sera réalisée en anglais.

Nombreuses sont les pratiques de soins en milieu kanak qui sont aujourd’hui délaissées au profit de l’utilisation de comprimés chimiques et de la consultation du médecin conventionnel témoignant ainsi de changements dans le rapport à la santé en milieu kanak. Or, ce dernier est marqué par des concepts, des pratiques et des savoirs thérapeutiques qui englobent l’individu, son environnement et sa société. Un ensemble de règles, de lois, donne un cadre conceptuel et régit les relations entre humains et non humains que sont la faune, la flore, les pierres, les forces spirituelles et ancestrales qui fondent la société. Aujourd’hui, bien que la médecine dite conventionnelle ait pris une place importante dans les chemins thérapeutiques des Kanak, A-Tena observe aussi que les personnes malades mobilisent, souvent à l’abri des regards, les savoirs et savoir-faire des guérisseurs kanak en matière de santé.

A partir d’une étude ethnographique des parcours de soins des habitants de la chefferie Mwalebeng de Pouébo, sa recherche questionne en quoi ces itinéraires témoignent de l’évolution du lien à la santé en milieu kanak.

Illustration d'un remède apporté à une blessure au pied

© C. Wazizi

"Dans un premier chapitre, je relate les habitudes de vie des habitants de Pouébo rythmées par les activités sociales et vivrières puis j’aborde une période historique de l’implantation de l’église catholique à Pouébo pour permettre une meilleure compréhension des changements vécus dans les pratiques thérapeutiques et dans les mobilités que la recherche de soins implique actuellement. Les deux chapitres suivants traitent successivement des concepts mobilisés pour traduire et définir les problèmes de santé rencontrés ainsi que pour appréhender les thérapeutes kanak et leurs spécificités. Le chapitre quatre analyse les itinéraires empruntés par les malades."

L’étude des parcours de soins met en évidence d’une part les difficultés que rencontrent les Kanak pour accéder aux soignants kanak et d’autre part l’attachement encore fort aux éléments structurants de la culture kanak, essentiels pour être en équilibre, être en santé. "Enfin, mon ethnographie permet aussi de relever les dynamiques actuelles de réappropriation de certains savoirs, les difficultés de compréhension mutuelle entre soignants avec diverses approches ou entre médecins et soignés, tout comme les innovations variées qui ont cours aujourd’hui pour favoriser le dialogue entre les soignants kanak et les médecins occidentaux ou non kanak. Le dernier chapitre s’attache à partager le dynamisme présent autour des savoirs thérapeutiques et des enjeux sanitaires, politiques et sociaux autour de la mobilisation des savoirs. Il discute également de la reconnaissance des légitimités des guérisseurs kanak et des médecins".

Composition du jury de thèse

  • Séverine Bouard, chercheuse, IAC
  • Patrice Godin, maître de conférences, UNC
  • Isabelle Leblic, directrice de recherche, CNRS Lacito
  • Valelia Munitoke, chargée de recherche, IRD
  • Laurence Pourchez, professeur, INALCO
  • Laurent Vidal, directeur de recherche, IRD

Co-directeurs :

  • Édouard Hnawia, maître de conférences, IRD/UNC
  • Catherine Sabinot, chargée de recherche, IRD

 

Partenariat et financement

Cette thèse est financée par le Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, la province Nord, la province des Iles Loyauté et la Mairie de Pouébo.