Département : Département Dynamiques Internes et de Surface des Continents (DISCO)

Au sein du méta programme  MISTRALS de l’INSU/CNRS, SICMED phase 2 (2017-2020) approfondit des recherches sur 4 thèmes prioritaires du domaine des surfaces continentales et de ses interfaces sous-sol, atmosphère et océan :

  • bilan de masse du continent vers l’océan, 
  • agroécosystèmes, 
  • contaminants et recharges des aquifères,
  • un thème transversal sur les indicateurs. 

Coordonnés par des binômes nord-sud ils disposent de fonds français du CNRS/ INSU. Le programme SICMED est coordonné par  Gil Mahé , directeur de recherche à l'IRD UMR HSM Montpellier. Les thèmes Indicateurs, Bilan de masse et érosion, et Fonctionnement et dynamiques des agrosystèmes sont co-dirigés par des chercheurs tunisiens.

Objectifs scientifiques

Bilan de masse et érosion

L’objectif est de reconstituer le transfert sédimentaire et d’identifier les sources de ce matériel sédimentaire depuis trois millénaires des zones amont du bassin versant aux zones avales (littorales), d’identifier les forçages qui ont gouverné le transfert de particules sur cette période. Dans quelle mesure peut-on distinguer les forçages climatiques des forçages anthropiques ? Pourquoi la cité antique d’Utique, autrefois ville portuaire, est aujourd’hui située à 10 km de la côte ? L’oued Medjerda peut-il être seul responsable d’une accumulation de sédiments aussi importante en moins de trois millénaires ? Quelles sont les causes de la métamorphose fluviale de la Medjerda en réponse aux forçages climatiques et sociétaux ? Quel est l’impact récent des barrages sur ces transferts sédimentaires et le recul littoral ? L’étude d’archives sédimentaires prélevées sur plusieurs sites du bassin versant au littoral devrait nous permettred’obtenir ce recul temporel pour étudier le lien amont-aval de ce transfert sédimentaire dans le temps et l’espace. Concernant la reconstitution des sources, l’utilisation d’une approche géochimique (éléments majeurs et traces) couplée à l’étude du carbone organique fossile (COF) devrait permettre d'identifier les principaux pourvoyeurs de sédiments et in fine d'identifier les hot-spots et hot-moments continentaux de l'érosion dans le bassin versant de la Medjerda. Par ailleurs, le croisement des dynamiques des écosystèmes végétaux (analyse pollinique sur les archives) et des fluctuations hydrogéomorphologiques reconstruites à partir de l’étude des séquences amont et aval, apportera des renseignements sur l’origine de l’impact climatique vs anthropique des apports sédimentaires charriés par la Medjerda au cours des derniers millénaires.

La variante littorale a pour objectif de :

  • Quantifier l'impact des variations climato-eustatiques sur l'évolution des zones côtières au travers des remplissages sédimentaires préservés dans les systèmes protégés (Estuaires, oueds, lagunes). Estimation du volume du disponible sédimentaire du prisme littoral.
  • Evaluer le degré de vulnérabilité du système littoral anthropisé face aux changements climatiques (ENM, inondations, etc.) pour proposer un schéma directif de résilience des zones côtières à la gouvernance locale et nationale.

Coordination

Bilan de Masse et Erosion

  • Oula Amrouni, Chargée de recherches, INSTM
  • Laurent Dezileau, Professeur, université de Caen, UMR M2C

Principaux partenaires du projet

France   : M2C Caen, EVS Lyon, HSM Montpellier, MNHN Paris, ASM Montpellier, GM Montpellier, EPOC Bordeaux

Tunisie : INSTM Carthage, INP Tunis, Université de Tunis