L’école d’été des Objectifs de développement durable (ODD) se réinvente et donne rendez-vous du 6 au 8 juillet aux 30 participants sélectionnés pour une édition spéciale, exclusivement digitale. Au cœur de cette 3e édition : une ambition renforcée de stimuler la création de projets interdisciplinaires et interculturels comme leviers du changement et du développement. Les participants suivront cette approche pédagogique innovante centrée sur l’ODD n°10 "Réduire les inégalités dans les pays et d’un pays à l’autre". 

Initiée en 2016 par Aix-Marseille Université (AMU), l’Agence Française de Développement (AFD), son Campus AFD et l’IRD, l’École d’été des ODD participe à la formation des acteurs scientifiques, économiques et politiques qui devront trouver des solutions aux enjeux mondiaux actuels et futurs. 

Pour cette 3e édition, une approche pédagogique originale en distanciel a été mise en place, sous la coordination du Centre de recherches interdisciplinaires (CRI). Une adaptation résultant du contexte sanitaire actuel mais surtout d’une volonté d’appliquer une philosophie différente, tournée vers l’interdisciplinarité, l’intelligence collective et l’approche par projet.

Résolument interdisciplinaire, interculturelle et intersectorielle, cette édition réunit 30 participants, en provenance du Sud et du Nord (scientifiques ou acteurs de la mise en œuvre des ODD). Tous sont mobilisés pour contribuer à la réalisation du programme de développement durable à l’horizon 2030, au bénéfice des générations futures. Leur objectif : élaborer, en équipes et accompagnés par des mentors, la trame d’un projet de recherche en lien avec l’ODD 10 « Réduire les inégalités dans les pays et d’un pays à l’autre ». Le sujet des inégalités sera abordé de façon transversale, notamment dans ses interactions avec l'environnement et les villes, la santé et le genre, l'éducation et les migrations.

Troisième école d'été des ODD


Une approche résolument ancrée dans la Science de la durabilité

Cette nouvelle approche de recherche s’inscrit pleinement dans l’avènement récent de la Science de la durabilité, vision partagée par les trois institutions organisatrices de l’école d’été. « Signe de changement radical dans la construction de nouveaux systèmes de savoirs, la science de la durabilité se caractérise par le fait que ses problématiques de recherche trouvent d’abord leur source dans la confrontation aux problèmes du monde réel, plutôt que dans la dynamique propre des disciplines scientifiques qu’elle mobilise”. 

Il s’agit de favoriser des savoirs transdisciplinaires, co-construits entre les scientifiques et les acteurs de la société, dont la finalité dépasse des intérêts disciplinaires. Cette approche encore marginale, notamment en France, est essentielle pour une meilleure compréhension de la complexité du monde moderne et pour trouver des solutions plus globales aux défis économiques, sociaux et environnementaux de nos sociétés »?Cf. article IRD « Et si on cherchait autrement ? Plaidoyer pour la science de la durabilité », The Conversation, 31 mai 2020 : https://lemag.ird.fr/fr/et-si-cherchait-autrement-plaidoyer-pour-une-science-de-la-durabilite.

Trois conférences inaugurales accessibles au grand public :

  • 1er juillet à 14h : « Inégalités économiques et sociales en Afrique. Nouvelles mesures, nouveaux défis », par Denis Cogneau (École d’Économie de Paris, IRD, EHESS) > Rejoindre la conférence 
  • 2 juillet à 14h : « Globalization, Ecosystem Support and Inequality: Advancing science by stepping outside your disciplinary comfort zone », par Lisa Deutsch (The Stockholm Resilience Center) > Rejoindre la conférence
  • 3 juillet à 14h : « Inégalités sous Covid-19 : nouvelles formes de distanciation sociale ? », par Parfait Eloundou Enyegue (Cornell University) > Rejoindre la conférence