Sommaire

Mis à jour le 21/04/22

Si l’expatriation de chercheurs français chez leurs partenaires vietnamiens constitue encore la principale façon pour l’IRD de supporter la création de réseaux pérennes, l’institut propose aussi des mécanismes complémentaires, individuels comme collectifs.

Du point de vue individuel, des bourses de mobilité permettent ainsi à des chercheurs vietnamiens de bénéficier de séjours longs en France pour y construire ou y consolider leurs propres réseaux. Du point de vue collectif, l’IRD soutient l’organisation d’évènements, au Vietnam, permettant une interaction forte et la mise en réseau de chercheurs vietnamiens et internationaux. Depuis 2017, le programme GDRI permet aussi de soutenir ces réseaux scientifiques à une échelle régionale ou internationale. Enfin, depuis 2019, un dispositif supplémentaire, appelé PSF Sud, permet d’offrir un soutien récurrent à l’organisation d’écoles d’été ou de formations permettant également la création de réseaux scientifiques pérennes.

 

 

GDRI

  • GDRI COMPACSOL - Identifier et atténuer les dégradations physiques du sol pour optimiser la production alimentaire durable (2022-2026)

    Le sol est un écosystème indispensable à la vie terrestre et humaine puisqu’il permet directement ou indirectement la production de 98 % de nos aliments. Les sols contiennent non seulement les minéraux indispensables à la vie des plantes, mais ils stockent aussi 80 % de l’eau des pluies, grâce à une infinité de pores millimétriques et micrométriques. Ce stockage d’eau permet d’alimenter les plantes (cultivées et naturelles) et il aussi de limiter les risques d’inondations (en ralentissant les flux d’eau qui s’écoulent vers les rivières).

    Mais au cours dernières décennies les techniques modernes de mise en valeurs agricoles (culture mécanisée, intrants chimiques) ont provoqué une dégradation généralisée des sols. Un récent rapport de la FAO sur l’état des sols a été sous-titré : « des systèmes au bord de la rupture ». La compaction des sols à des conséquences importantes sur la production agricole mais elle est quasi-invisible. Il s’agit, en effet, d’une diminution du volume des pores qui se déroule à des millimétriques à micrométrique qui nécessite un appareillage de laboratoire pour être mis en évidence, mais qui réduit considérablement la capacité du sol à stocker l’eau (même en cas d’irrigation) et qui aboutit à une réduction de la production agricole.

    Dans ce contexte, l’IRD et ses partenaires de la région lancent en 2022 un groupe de recherche international (GDRI) appelé COMPACSOL afin d’organiser un réseau de laboratoires et d’équipes de recherche qui travaillent sur la compaction des sols. Un premier objectif sera de mettre en place des procédures standardisées afin d’obtenir des résultats analytiques de qualité et fiables permettant de faire un état des lieux à l’échelle du bassin du Mékong et de mesurer au cours des 4 prochaines années l’évolution (extension géographique et intensité) de la compaction des sols. Le second objectif sera d’associer les agriculteurs à la mise au point de techniques culturales de prévention et de réhabilitation des sols par une démarche participative qui permette de profiter au mieux des savoir locaux et en même temps de diffuser des connaissances scientifiques validées sur les sols et la gestion de l’eau.

    Contact : Christian Hartmann

    Partenaires :

    Institut d'écologie et de sciences de l'environnement de Paris (IRD - UMR IEES), France

    Institut de Technologie du Cambodge (ITC), Cambodge

    Department of Agricultiral Land Management (DALaM), Laos

    Faculty of Agriculture, Khon Kaen University (KKU), Thaïlande

    Soil and Fertilizers Research Institute (SFRI), Vietnam

    Équipe « Échanges Eau/Sol/Plantes » - Université de Liège, Gembloux Agro-Bio TechBelgique

    ONG « ECLOSIO » – Université de Liège, Belgique & Cambodge

  • GDRI-Sud PASSPORT-2C: Protocols Adapted to the South for Studying Plastic Origins and River Transfers (2022-2026)

    Context

    The scientific community interested in the topic of plastic pollution in the environment is growing worldwide. However, countries of the Global South, pointed out as emitting the most plastic to the ocean, are still understudied and plastic pollution poorly understood. The lack of facilities and technical support to develop adapted methodologies or the lack of national and regional coordination among the different stakeholders may explain this difference.

    Modern protocols recommended by renowned and influential expert commissions and regional programs are not adapted to the monitoring of the plastic pollution in the Land to Ocean continuum of the Global South in terms of conceptual and practical approaches and of required data availability. Therefore, a dialogue began amongst researchers of various projects looking at plastic transfer, including projects like the project ITANGO-MOZ in Madagascar and the program DIDEM across the Indian Ocean.

    PASSPORT-2C proposes to focus primarily on the transfer of plastics (micro and macro) from Land to Ocean, with a special attention paid to City to Coast components in intertropical zones, including rivers, estuaries, delta, mangroves, lagoons and bays.

    Déchets plastiques dans les eaux superficielles de la baie de Nha Trang

     

    Objectives

    The aim of the project PASSPORT-2C is twofold:

    • To promote exchanges between partners
    • To develop and share sober, virtuous, robust, sustainable methodologies adapted to intertropical ecosystems in order to study plastic transfer from City to Coast

    More specifically, PASSPORT-2C pursues three objectives:

    1. To construct and lead a network of scientists including the Global South in order to open and feed discussions on key methodological issues and their adaptation to the South;
    2. To adapt methodologies of the Global North to countries in the Global South, then to proceed to a South-South knowledge transfer and to conduct a reflective approach on past projects to enhance experience sharing;
    3. To take part in local and regional expert committees, networks and programs to bring Sustainable Science at the forefront of the Global South regions in order to strengthen the inclusion of Southern partners within International Scientific Committees.

    Partners

    Scientific coordination: Emilie Strady, UMR 235 MIO (Mediterranean Institute of Oceanography), France.

    Funding

    French National Research Institute for Sustainable Development (IRD).

    Project cordinator: Emilie Strady

  • GDRI-Sud SPACE4SUST project (2022-2026)

    The main objective of SPACE4SUST is to build an international network of specialists in remote sensing for sustainability, where exchange of information and training can take place between stakeholders and young researchers on topics such as data collection from satellite images, large-scale water and agricultural resources monitoring, or assessment of deforestation and estimation of biomass. The project will gather partners from Morocco, Tunisia, Lebanon, India, France, and Vietnam.

     Project coordinators: Sylvain Ferrant, Lionel Jarlan 

  • GDRI SOOT&SEA - Impacts du Black Carbon en Asie du Sud-est (UMR MIO) (2018-2022)

    Le Black Carbon (BC, ou carbone-suie) est un aérosol particulaire émis dans l’atmosphère lors de la combustion incomplète de carburants fossiles, de biocarburants et de biomasse. Le BC et les aérosols émis conjointement constituent la majorité de la pollution atmosphérique aux particules fines, et représentent la principale cause environnementale de mauvaise santé et de décès prématuré à l’échelle mondiale. Le BC affecte également le climat :

    • en exerçant un forçage radiatif positif dans l’atmosphère équivalent à environ 40% du forçage radiatif actuel dû à l’effet de serre du CO2,
    • en influençant la formation et les propriétés des nuages, ainsi que la pluviométrie,
    • en diminuant l’albédo de la cryosphère lorsqu’il est déposé sur la glace et la neige, augmentant ainsi le taux de fonte. En raison de ses impacts sur la santé et le climat, le BC atmosphérique reçoit une attention croissante. Un autre impact du BC, beaucoup moins connu que ses impacts directs/atmosphériques sur la santé et le climat, est lié à son introduction dans l'océan.

    En effet, le temps de résidence du BC dans l’atmosphère est court (<1 mois), avant qu’il ne se dépose à la surface des terres et des océans. En plus du dépôt direct à la surface de l'océan, de grandes quantités de BC déposées sur les terres sont emportées par les précipitations et transportées jusqu’à l’océan par les fleuves. Étant donné que la majeure partie du BC émis dans l’atmosphère finit sa course dans l’océan, il est important de comprendre comment le BC impacte les systèmes marins, en particulier comment le BC modifie l'efficacité de la pompe biologique de carbone (impact climatique indirect), et modifie le devenir des contaminants dans l’écosystème marin (impact sanitaire indirect). Afin de mieux comprendre les impacts du BC, il est nécessaire d'obtenir des taux d'émission et de dépôt précis. Or, à l’heure actuelle, il existe encore de grandes incertitudes liées à l’ampleur de l’impact de la pollution atmosphérique liées aux difficultés pour obtenir des inventaires d’émission précis, en particulier en Asie du Sud-Est. Afin de déterminer les effets du BC sur les ressources marines et la biogéochimie, il est également nécessaire de comprendre comment la BC interagit avec les processus biologiques, chimiques et physiques en milieu marin.

    Le cadre programmatique général s'organise autour d'une thématique ciblée (i.e., le Black Carbon), appelant à l'interdisciplinarité entre les sciences de l'atmosphère et de l'océan, et reliant le climat, l'écosystème marin et la santé. Les principaux objectifs scientifiques sont :

    • déterminer l'impact du BC sur la pompe biologique de carbone et ses rétroactions sur la concentration en CO2 atmosphérique,
    • déterminer l'impact du BC sur le transfert de contaminants vers le réseau trophique marin,
    • améliorer les inventaires d'émissions de BC en Asie du Sud-est et déterminer les apport à l’océan, en établissant un réseau régional de mesure des concentrations et caractéristiques du BC dans les compartiments atmosphérique, fluvial et marin,
    • développer un cadre de modélisation atmosphère/océan décrivant les impacts climatique, biogéochimique et sanitaire du BC.

    Outre ses objectifs scientifiques, SOOT&SEA vise également à :

    • stimuler le développement de projets de recherche,
    • favoriser les interactions Sud-Sud et Sud-Nord,
    • permettre une coordination régionale d'une problématique transfrontalière, aux implications globales,
    • fournir la visibilité internationale nécessaire pour discuter avec les organisations nationales et internationales, les parties prenantes et les décideurs, afin de mobiliser des financements.

    Afin de contribuer à l’émergence de structures de recherches pérennes et autonomes sur la problématique du BC en Asie du Sud-est, nous développons une plateforme de collecte du BC et de ses co-polluants permettant d’alimenter les partenaires du Sud et du Nord avec du matériel (particules fines atmosphériques) pour des expériences conjointes, ainsi qu’un réseau régional (Vietnam, Thaïlande, Cambodge, Birmanie, et Laos) de mesure des concentrations et des caractéristiques du BC dans les compartiments atmosphérique, fluvial, et marin.

    Impact du Black Carbon

     

    Projets de recherche

    • BLACKISH (IRD, 2012) : Impact of Black Carbon on nutrient, particle and microbial dynamics of the pelagic ecosystem in Halong Bay (PI : X. Mari-MIO).
    • CARPEDYEM (PHC Hoa Sen-Lotus, 2012-2013) : Impacts du carbone-suie sur les processus de l’écosystème pélagique en baie d’Ha Long (PI : X. Mari-MIO).
    • IMPALA (MOST, 2012-2013) : Impact of Black Carbon on the pelagic microbial ecosystem and environment in Ha Long Bay (PI : Chu Van Thuoc-IMER).
    • COME&SEA (JEAI-AIRD, 2012-2014) : Biogeochemistry and ecology of tropical coastal marine scosystems in South East Asia (PIs : Chu Van Thuoc-IMER & X. Mari-MIO).
    • SOOT (INSU-EC2CO, 2013) : Impact of soot deposition on microbial dynamics in the Surface Microlayer of Ha Long Bay, Vietnam (PI : X. Mari-MIO).
    • BLACK BLOOM (BIO-Asia/IRD, 2016-2017) : Black Carbon observations for its air and marine impacts in South East Asia (PIs : B. Guinot-LA & X. Mari-MIO).
    • DECAY (Action Sud MIO, 2018) : Microbial degradation of Black Carbon in the coast of Vietnam (PI : M. Benavides-MIO).
    • IN BLACK (ANR-MRSEI, 2017-2018) : International Network for the study of the impact of BLACK carbon on the biological carbon pump (PI : X. Mari-MIO).
    • SOOT&SEA (IRD GDRI-Sud, 2018-2021) : Impact of Black Carbon in South East Asia (PI : X. Mari-MIO).
    • SOOT&SEA (Fondation Air Liquide, en évaluation) : Impact of Black Carbon in South East Asia (PI : X. Mari-MIO).
    • BLACKNET (ANR-PRC, en évaluation) : Inverse modelling of BLACK Carbon emissions using real time data from NETworked sensors (PI : B. Guinot-LA).
    • SOOT-SEA (EU-H2020, en évaluation) : Impact of Black Carbon on the Biological Carbon Pump (PI : X. Mari-MIO).

PSF

  • PSF-Sud ASIAME (2020-2022)

    Les écoles thématiques ASIAME (South-East ASIa School of Aquatic Microbial Ecology) visent à apporter aux jeunes écologues d'Asie du Sud-Est une formation approfondie en écologie microbienne aquatique, tant sur les aspects théoriques que méthodologiques (cultures, taxonomie, physiologie, métabolisme et génomique). Elles visent également à mettre en réseau la communauté scientifique régionale pour favoriser les interactions et l'émergence de collaborations de recherche entre les pays d'Asie du Sud et du Sud-Est.

    En savoir plus

  • PSF-Sud HGP-MEKONG (2020-2022)

    Le PSF-Sud HGP-MEKONG proposée par l'IRD et ses partenaires a pour ambition de créer les premières équipes vietnamiennes et cambodgiennes de recherche et d'enseignement en hydrogéophysique. 

    En effet dans la région du delta du Mékong, et plus spécifiquement dans le sud du Cambodge et du Vietnam, les problèmes liées aux eaux souterraines requièrent la mise en place d'une stratégie efficace de gestion intégrée des ressources en eau en milieu rural et urbain. Cette gestion nécessite une compréhension globale des interactions entre les eaux de surface et les eaux souterraines, et des transferts de polluants dans ces dernières.

    Actuellement, les ressources en eau souterraine sont pompées de manière intensive pour des usages agricoles, industriels et domestiques. Autre menace pour la qualité de l'eau à long-terme, les aquifères peu profonds sont vulnérables à l'intrusion d'eau de mer, aux pesticides et aux contaminants émergents (produits pharmaceutiques par exemple).

    L'hydrogéophysique fournit plusieurs outils pour étudier les aquifères à partir de la surface et mieux comprendre leur évolution. Cependant, aujourd’hui cette spécialité n'est enseignée ni à l'Université de Technologie de Ho Chi Minh (HCMUT) ni à l'Institut de technologie du Cambodge (ITC).

    Partenaires :

    • Faculty of Geology and Petroleum Research (Geopet), Ho Chi Minh University of Technology(HCMUT): Prof. Tu TRAN HAN
    • Faculty of Hydrology and water resources engineering, The Institute of Technology of Cambodia (ITC): Dr. Sambo LUN
    • IRD (UMR IGE: Marc DESCLOITRES et UMR G-EAU)

    En savoir plus

Écoles d'été et formations

  • Les Journées de Tam Dao
    Les Journées de Tam Dao 2017

    Depuis 2007, l’université d’été « Les Journées de Tam Đảo » (JTD) offrent chaque année une formation aux méthodologies d’analyse en sciences sociales – géographie, économie, statistique, socio-anthropologie, histoire, etc. – à près de cent participants du Sud-Est asiatique (étudiants, professeurs, chercheurs, fonctionnaires, praticiens du développement). Elle se déroule soit à l’Académie des sciences sociales du Việt Nam (ASSV, Hà Nội) et en résidence à Tam Đảo, station d’altitude proche de la capitale, soit dans une université d’accueil du Centre ou du Sud du Việt Nam.

     

  • CBID - Computional Biology For Infectious Diseases
    CBID in Quy Nhon 2017

    L'école d'été CBID a été conçue pour fournir aux étudiants, aux chercheurs et aux praticiens des informations de base et une expérience pratique dans l’analyse quantitative des données à haut débit. Elle s’adresse soit à des personnes venant de la santé et souhaitant acquérir des compétences en analyses quantitatives, soit à des personnes issues des sciences de la modélisation et souhaitant développer des applications en santé.

  • Formation COMPOSE

    Formation COMPOSE

Chercheurs ayant bénéficié d’une bourse BEST ou de mobilité

  • HO Bich Hai

    Organisme : Institut of Information Technology (VAST)

    Sujet : Metagenomic approach to characterization of human intestinal microbiome and clinical medicine translation.

    Coordinateur IRD : Jean-Daniel Zucker

    Durée : 2 séjours de 6 mois (à partir de février 2015)

  • NGUYEN Thanh Nho

    Organisme : University of Science (VNU)

    Sujet: Arsenic distribution and speciation in the mangrove sediments of the Mekong delta (Vietnam).

    Coordinateur IRD : Cyril Marchand

    Durée : 3 séjours de 3 mois (à partir de février 2015)

  • NGO Quoc Anh

    Organisme : Institut de Chimie (VAST)

    Sujet : Training period on the use of chemical analyses to understand organic matter dynamics in terrestrial and aquatic ecosystems, UMR 211 BIOEMCO

    Coordinateur IRD : Emma Rochelle-Newall

    Durée : 01/06-30/06/2011 (1 mois)
     

  • TRINH Anh Duc

    Organisme : Institut de Chimie (VAST)

    Sujet : Training period on the environnemental applications of oxygen micro-electrodes, UMR 238 ECOSYM

    Coordinateur IRD : Didier Orange

    Durée : 01/06-30/06/2011 (1 mois)

  • DUONG Thanh Nghi

    Organisme : Institut de l'Environnement et des Ressources Marines de Hai Phong (IMER/VAST)

    Sujet : Organotin compounds in the Bach Dang estuary system : a seasonal comparison, UMR 238 ECOSYM

    Coordinateur IRD : Emma Rochelle-Newall

    Durée : 01/03-30/06/2011 (3 mois), Montpellier

  • LUU Bich Ngoc

    Organisme : Institut de Recherche Population et Sociétés (IPSS)

    Sujet : La famille vietnamienne face au VIH/Sida, UMR 151 LPED

    Coordinateur IRD : Myriam de Loenzien

    Durée : 01/05-36/06/2010 (2 mois), Paris Ouest Nanterre

  • TA Hoang Anh

    Organisme : Plant Protection Research Institute (PPRI, VAAS)

    Sujet : Emergent rice viruses in Vietnam, UMR 186 RPB 

    Coordinateur IRD : Eugénie Hébrard

    Durée : 12 mois, 2 mois (2009) ; 3 mois (2010) ; 3 mois (2011) ; 4 mois (2012)

  • CHU Van Thuoc

    Organisme : Institut de l'Environnement et des Ressources Marines de Hai Phong (IMER/VAST)

    Sujet : Taxonomie du phytoplancton, ecologie algale (efflorescences toxiques), isolement et cultures de phytoplancton, UR 103 CAMELIA

    Coordinateur IRD : Jean-Pascal Torréton

    Durée : 3 mois en 2008-2009, Montpellier, ECOLAG