Waqatali « WAter & Air QuAlity monitoring for Smart VegeTAL Infrastructures in cities » est le premier laboratoire commun?LabCom : laboratoire commun entre un organisme de recherche et une PME ou ETI de l’IRD, lauréat de l’AAP ANR LabCom 2021.

Il propose des outils d’aide à la décision qui combinent l’internet des objets, l’intelligence artificielle, l’aide à la décision participative et des services innovants de conseils aux collectivités pour augmenter les co-bénéfices environnementaux et sociétaux du végétal en ville.

La durabilité des villes d’aujourd’hui et de demain est étroitement liée à une planification intelligente des espaces urbains et des espaces végétalisés.

Les villes actuelles connaissent de profondes mutations pour faire face aux enjeux climatiques, environnementaux et sociétaux qui sont prégnants au Nord et au Sud.

Les espaces végétalisés en ville, considérés hier comme des ornements, deviennent aujourd’hui une infrastructure incontournable, qui remplit des fonctions essentielles pour les habitants, au même titre que la voirie, le réseau de bus ou la fibre optique.

Les aires végétalisées en ville : un espace pour la prise de décisions sur l’infrastructure urbaine

Penser les espaces végétalisés comme une infrastructure urbaine est une idée innovante portée par le LabCOM Waqatali.

L’infrastructure végétale est alors qualifiée par ses bénéfices (température, qualité de l’air, etc.) et ses coûts (économique, spatial et hydrique). Sa conception et son implantation sont le fruit d’actions concertées entre cabinets d’expertises, décideurs et gestionnaires de la ville, dans le cadre de politiques durables de programmation urbaine.

Des axes d’actions multiples, des terrains d’expérimentation au Nord et au Sud

© Qameleo UMMISCO

Waqatali s’appuie sur un partenariat éprouvé entre Urbasense, entreprise spécialisée dans l’arrosage agronomique, l’Unité mixte internationale UMMISCO de l’IRD, et l’Université de Bourgogne Franche-Comté (laboratoires UTINAM et Biogeosciences), et développera des services appliqués s’appuyant sur des recherches fondamentales et transdisciplinaires.

Structurées autour de 6 axes de recherche et innovation, les activités du LabCom seront réalisées sur deux agglomérations urbaines très différentes : la ville de Dijon en France et la ville de Dakar au Sénégal.

L’ensemble des activités s’appuiera sur les stations environnementales Qaméléo et WAOU afin de produire une mesure qualifiée de paramètres environnementaux.

 

 

Les données acquises combinant des indices de qualité de l’air, indices météorologiques et des bilans hydriques permettront de créer de données environnementales complètes capables de mesurer l’efficacité des espaces végétalisés. Les résultats favoriseront l’évolution d’une activité de conseil et végétalisation des espaces urbains.

Le projet permettra le développement d’un nouvel Indicateur Globalisé d’Efficacité de l’Infrastructure (IGEIV) qui synthétisera le rapport coût/bénéfice d’une infrastructure verte à l’échelle d’une ville et mesurera son efficacité.

Une stratégie de valorisation ouverte, portée par une équipe méga-disciplinaire

L’équipe associée au Laboratoire Waqatali regroupe en son sein un grand nombre de disciplines, dont la géographie, l’écologie, la botanique, la modélisation, la climatologie, la qualité de l’air, ou encore la métrologie, et permet ainsi la capitalisation et l’expression des avancées dans chacun des domaines.

L’expérience positive de collaboration entre les différents partenaires témoigne de leur intérêt à la mise en œuvre d’une stratégie de valorisation cohérente avec les orientations européennes pour une science et une innovation ouverte.

 

 

Au cœur de cette stratégie se trouve l’intérêt pour la maturation de technologies développées ensemble, telles la station de mesure de la qualité de l’air QaméléO (IRD mandataire, copropriété UBFC) ou les capteurs WAOU (création conjointe IRD-UBFC-Urbasense) dans le but de développer des instruments low-cost et open-source de mesure pour la collecte de données environnementales et leur utilisation dans la recherche dont la modélisation.

Le LabCom WAQATALI est porté par Nicolas Marilleau, responsable du Centre France de l’UMMISCO, et Thomas Bur, cofondateur de l’entreprise Urbasense.

Logos partenaires Waqatali